fbpx

Comme les plantes, notre organisme a besoin d’un bon environnement pour fonctionner correctement. En naturopathie, on parle de terrain. Ce dernier ne doit être ni trop acide, ni trop basique. Il s’agit de l’équilibre acido-basique. Cet équilibre est indispensable pour une santé optimale. Dans nos civilisations modernes, la tendance est à l’acidification. Et cette hyperacidité est un facteur de risque de la plupart des maladies métaboliques. Mais de quoi s’agit-il ? Et comment maintenir l’équilibre acido-basique ?

Qu’est-ce que l’équilibre acido-basique ?

Il s’agit du rapport entre alcalinité et acidité de l’organisme. 

Pour un bon fonctionnement, le ph de notre corps doit toujours être compris entre 7,38 et 7,42. Lorsque le ph se situe en dehors de ces valeurs, notre vie est menacée.

Le ph est maintenu dans ces limites grâce à des systèmes de régulation mis en place par notre organisme à l’aide des systèmes tampons, des poumons et des reins.

La qualité de ses systèmes de régulation dépend de l’hygiène de vie et des antécédents. Par ailleurs, avec l’âge, ils sont moins efficients.

Les causes d’un terrain acide

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’acidité d’un terrain :

  • L’alimentation : une consommation excessive d’aliments acidifiants
  • Notre métabolisme qui génère des déchets acides. En effet, notre organisme a tendance à s’acidifier car, par son fonctionnement, il génère des déchets acides.
  • Le manque d’activité physique ou l’activité sportive de haut niveau.
  • Le stress : la déperdition en magnésium et l’action des hormones cortico-surrénaliennes augmentent l’acidité du terrain.
  • La prise de certains médicaments.
  • Un sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité.
  • Certaines maladies chroniques.

Le déséquilibre arrive lorsque l’organisme est débordé par ces déchets acides, et que notre organisme, par le biais de ses systèmes de régulation mis en place, n’arrive plus à supprimer ces déchets acides pour retrouver l’équilibre.

Les conséquences du déséquilibre acido-basique

Lorsqu’il y a un déséquilibre acido-basique, l’organisme va stocker l’excès d’acides au niveau des tissus conjonctifs. Au fil du temps, cette accumulation d’acide aura pour répercussion une acidose métabolique latente qui peut favoriser de nombreuses maladies. Les symptômes et maladies liés à ce déséquilibre acido-basique sont nombreux :

  • Ostéoporose, arthrite, rhumatisme
  • Calculs rénaux et vésicaux
  • Fatigue
  • Des cheveux ternes et une perte anormale des cheveux
  • Des ongles cassants, dédoublés, avec des taches blanches
  • Une mauvaise haleine au réveil avec une langue chargée
  •  De l’anxiété, stress, irritabilité…
  • Problèmes dentaires : parodontose, caries…
  • Problèmes de peau : herpès, boutons…
  • Baisse du système immunitaire
  • Crampes musculaires
  • Des maux de tête
  • Des aigreurs digestives avec renvois acides
  • Des allergies
  • Un vieillissement cellulaire prématuré
  • Une prise de poids

Comment équilibrer son terrain acido-basique ?

Il est donc primordial de corriger l’acidose métabolique pour éviter des problèmes de santé sur le long terme. Grâce à une bonne hygiène de vie et à des solutions naturelles, il est tout à fait possible de rétablir l’équilibre acido-basique.

À cet effet, en premier lieu, il est important d’identifier les facteurs de déséquilibre vus précédemment et ensuite de mettre en place un programme personnalisé.

Une alimentation adaptée

Un régime alimentaire adapté va contribuer à maintenir cet équilibre acido-basique salutaire. Il existe des aliments favorables à l’équilibre acido-basique et d’autres qui vont participer à l’acidification de l’organisme. 

L’évolution de notre alimentation occidentale à sa part de responsabilité :

  • Surconsommation de sel : ajout excessif de sel de cuisine, dans les plats industriels…
  • Mode de cuisson inadaptée
  • Mauvaises associations alimentaires
  • Grande consommation de viande rouge et de certains produits laitiers (fromage à pâte dure…)
  • Diminution de la consommation de produits végétaux non transformés
Augmenter sa consommation d’aliments alcalins

C’est l’indice PRAL qui permet d’indiquer l’effet acidifiant ou alcalinisant d’un aliment sur l’organisme.

Les aliments acidifiants :
  • Protéines animales :  la viande rouge, les abats, le lapin, la charcuterie, les poissons gras, les crustacés, les œufs (c’est surtout le jaune qui est acidifiant)…
  • Les produits laitiers : les fromages à pâte dure, les yaourts, le beurre, le lait pasteurisé, la crème fraiche…
  • Les céréales (surtout raffinées) : pâtes, riz, flocons d’avoines, quinoa. Consommez des céréales complètes ou semi-complètes).
  • Certaines légumineuses : pois chiche, lentille… Pensez toujours à faire tremper vos légumineuses avant cuisson
  • L’alcool
  • Le sucre
  • Le sel
  • Le café
  • Le thé
  • Le tabac
Les aliments alcalins : 
  • Les légumes : tous les légumes verts (particulièrement alcalinisant), les légumes colorés (sauf la tomate), l’ail, les jus de légumes
  • Les fruits : pommes, bananes, figues, châtaignes, raisins, l’avocat, les dattes, les pêches, les abricots, le citron (plutôt pour les personnes non frileuses), pastèques, cerises, poires… Pensez toujours à prendre des fruits mûrs.
  • Les féculents : pommes de terre
  • Les épices et les condiments : cannelle, curry, curcuma, moutarde, miso, tamari, gingembre, le vinaigre de cidre, le persil, le basilic…
  • Les graines germées
  • Les huiles vierges extraites à froid
  • Levure de bière

Bien entendu, il ne s’agit pas ici de supprimer tout aliment acidifiant, mais de retrouver un équilibre. 

Mode de cuisson

Privilégiez la cuisson vapeur et éviter la cuisson au four, barbecue, cocotte-minute…

Privilégiez les aliments riches en potassium

C’est un nutriment essentiel au bon fonctionnement des systèmes tampons. Les aliments riches en potassium sont la banane, les pruneaux, l’algue Kombu, la pomme de terre…

Boire suffisamment d’eau

Buvez au moins 1,5 litre et prendre l’eau du robinet filtrée ou de l’eau de source faiblement minéralisée.

Équilibrez votre flore intestinale

Consommez régulièrement des aliments riches en ferments lactiques : choucroute, kéfir de fruit, kéfir de lait, kombucha…

Gérer son stress

De nombreuses études ont démontré que le stress était très acidifiant pour l’organisme. Le stress peut être de nature différente : émotions négatives, stress au travail, la pollution, les ondes électromagnétiques… De nombreuses solutions naturelles existent, et j’en ai déjà parlé à de nombreuses reprises. Je vous invite à aller consulter mon article dédié ici.

L’exercice physique

La sueur est un très bon moyen d’évacuer les acides. Pensez toujours à bien vous hydrater lorsque vous faites une activité physique. Attention toutefois, les activités physiques intenses sont acidifiantes.

Comment contrôler son équilibre acido-basique ?

Vous pouvez trouver en pharmacie des indicateurs à ph urinaire appelés bandelettes ph urinaires. Ces dernières vont vous permettre de contrôler le ph dans vos urines et déterminer ainsi l’état d’acidification de votre terrain.

Ces bandelettes se colorent différemment lorsqu’elles sont en contact avec des liquides acides ou basiques. Il suffit donc de les imbiber dans l’urine et de comparer leur teinte à l’échelle de couleurs. Vous pouvez ainsi tester votre ph urinaire sur une semaine. Faites le contrôle le matin à la deuxième miction, le midi et le soir.

Pour une bonne utilisation permettant une évaluation précise, n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

Nous sommes tous différents, c’est pour cette raison que votre naturopathe pourra dresser un état de la situation et mettre en place un programme personnalisé pour vous aider à retrouver l’équilibre acido-basique. Souvent les problèmes sont multifactoriels. C’est la raison pour laquelle une prise en charge holistique est importante. Elle tiendra compte de toutes les dimensions : physique, mentale et émotionnelle pour la restauration d’un bon équilibre.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial